Couture 2016-10-12T19:11:14+00:00
le bal des débutantes - Amy Fine Collins

Amy Fine Collins Special Correspondent, Vanity Fair

Même si un grand nombre de jeunes filles parmi celles qui participent au Bal des débutantes à Paris, connaissent déjà la ville lumière, les bijoux de Haute joaillerie et la cuisine française, le Bal est toujours pour elles une initiation à la haute couture. Ce Bal est le seul à leur offrir le privilège de porter des créations originales, sur mesure et cousues main par les plus prestigieuses maisons. Ce rite confère au Bal son aura de conte de fée.

Le jean ou la robe de prêt-à-porter de la lycéenne ou de l’étudiante sont remplacés, pour une nuit magique, par une robe de Bal sans défaut, élaborée par les « petites mains « des plus grands ateliers de couture.
«Je me suis sentie unique durant toute cette soirée et ses préparatifs» confie, émue, une de ces jeunes filles.

Une robe haute couture est pour elles une façon miraculeuse d’entrer dans l’âge adulte. C ‘est aussi le symbole de tout un style de vie raffiné, remontant à Louis XIV, dont le ministre des finances, Jean-Baptiste Colbert, fit de la France dans les années 1660 la capitale des soieries et autres objets de luxe.

«Avant le Bal, je n’avais pas conscience de ce qu’ il faut de connaissances, d’ art et de savoir-faire pour concevoir une seule de ces robes», se souvient éblouie une ancienne débutante.

La tradition de la haute couture, renouvelée à chaque saison et à chaque génération, représente rien de moins que la civilisation elle-même.